"Le Blues de l’instituteur" de GCM

par Mme Rousseau

Pour aider les élèves à s’exprimer, ou tout simplement pour penser aux attentats du 13 novembre, j’ai fait écouter à mes classes ce slam de Grand Corps Malade, extrait de son album Enfant de la ville (2001). On pourrait croire qu’il a été écrit hier... (texte joint)

Pour celles et ceux que le slam intéresse : Repères littéraires et artistiques :

Le slam est une forme de poésie orale née aux États-Unis dans les années 1980 et qui se développe en France à partir des années 2000. Le slam se veut une poésie vivante, ludique et rythmée (to slam en anglais = claquer) qui n’est pas faite pour être publiée des livres rangés dans des bibliothèques, mais pour être dite devant un public, sur des scènes ouvertes à tout le monde. Et de fait, le slam rassemble professeurs d’université, ouvriers, étudiants, jeunes venant du rap, etc. Il se pratique dans les bars, les cafés, les maisons de quartier, etc. et prend souvent la forme d’une compétition : les textes sont notés par le public.
Les deux grands slameurs français sont Grand Corps Malade (pseudonyme de Fabien Marsaud) et Abd Al Malik.